Les arrêtés Miot – Le Conseil Constitutionnel en annule la prorogation.

Rédigé par Corsica Diaspora le Jeudi 3 Janvier 2013 à 18:47



La Corse a reçu la nouvelle de l’annulation par le Conseil Constitutionnel de la prorogation des arrêtés Miot, le vendredi 28 décembre apprenant ainsi de manière brutale que 5 jours plus tard, elle devrait se mettre à jour après deux cents ans d’un système dérogatoire qui il est vrai a entrainé quelques effets pervers, qui hélas perdureront encore longtemps.


Les arrêtés Miot – Le Conseil Constitutionnel en annule la prorogation.
Corsica Diaspora ne veut pas entrer aujourd’hui dans le débat de fond qui devra s’organiser en d’autres lieux et d’autres temps plus appropriés à l’importance fondamentale de la question.
 
Toutefois, alors quelle pensait avoir un sursis jusqu’en 2017, la Corse se retrouve injustement au pied d’un mur qu’elle a pourtant vu s’ériger au fil des années sans jamais vraiment prendre le taureau par les cornes, au pied d’un mur, donc, qui depuis ce fameux vendredi semble vouloir se transformer en couperet.
 
Si cette situation devient définitive et face à une maitrise du foncier et de la propriété immobilière qui n’en est encore qu’aux balbutiements malgré le travail du GIRTEC, les conséquences pour notre ile seraient, on peut l’écrire, DRAMATIQUES.
 
Les risques sont évidents en termes de perte totale de la maitrise de notre patrimoine mais aussi en termes de schéma et de modèle de développement. Que ferions-nous dans une Corse qui n’appartiendrait plus qu’à des passants avides de soleil ou pire de spéculation facile ?

L’urgence est absolue et il faut absolument se garder de lancer des anathèmes aux quatre vents face à une situation qui requiert la mobilisation la plus large et la plus partagée possible. Que l’on ait une opinion critique face aux Arrêtés Miot, n’y change rien, la soudaineté de leur disparition alors que les Corses dans leur ensemble avaient bien compris qu’ils ne perdureraient plus ad vitam aeternam, est aujourd’hui catastrophique.
Ces mêmes Corses, ainsi que leurs représentants élus, de tous bords, avaient bien conscience que cette nouvelle période de prorogation serait la dernière et ils étaient prêt à enfin aborder durant les cinq prochaines années, le problème sur le fond et non seulement par le biais dérogatoire.
 
Aujourd’hui, il faut d’abord que chaque corse, dans l’île et à l’extérieur, se mobilise, par le biais qu’il aura lui-même choisi parmi les nombreuses initiatives qui ont vu le jour depuis le 28 décembre, pour affirmer avec conviction qu’un délai supplémentaire est indispensable, quasiment vital.
 
Il faut donc, tous nous mobiliser, pour d’abord montrer avec force et sérénité que nous voulons que tout soit fait pour obtenir une prorogation, notamment dans le cadre des procédures institutionnelles qui nous sont encore offertes, par exemple, par le prochain projet de loi de Finances rectificative. Nos députés et sénateurs auront à ce titre une responsabilité avérée dans les initiatives qui devront être menées, de concert et sans esprit partisan électoraliste.  Il en est de même pour les élus de notre Assemblée de Corse, ils doivent s’exprimer d’une seule voix pour réclamer une prorogation que le Conseil Constitutionnel ne pourrait annuler, les arguments objectifs en faveur de cette prorogation sont évidents et peuvent s’ils sont présentés avec justesse répondre aux exigences du Conseil Constitutionnel.
 
Cela dit, il est clair que cet écueil est à franchir rapidement, car dans le cas contraire ce serait celui qui coulerait par le fond tous nos espoirs de voir la Corse se développer un jour de façon harmonieuse et sur un modèle intégré. Passé cet écueil, il faudra alors ouvrir sérieusement le débat de manière structurée et apaisée afin que la Corse soit en mesure de discuter dans le calme de quels outils de gouvernance et de quels cadres, institutionnel et constitutionnel, elle aura besoin.
 
Pour l’heure, nous vous appelons à vous mobiliser pour obtenir une prorogation qui est indispensable. Faite entendre votre voix et votre sentiment, par le moyen et dans le cadre de  l’initiative qui vous conviendra le mieux.

Corsica Diaspora et Amis de la Corse