Destination Napoléon

Rédigé par Corsica Diaspora le Mercredi 1 Février 2017 à 09:30



Napoléon est controversé, loué ou porté aux gémonies; cet homme célèbre est aujourd'hui, enfin, l'objet de sa réappropriation pleine et entière par la ville d'Ajaccio et, nous l'espérons, dans son sillage par la Corse entière. Voici le fil conducteur d'une démarche originale et forte.


Réunion à la Mairie d’Ajaccio le 26 janvier 2017  
 
On sait que Napoléon et sa prestigieuse famille, qui font partie de l’histoire de la France, de l’Europe et de la Corse, ont une notoriété internationale telle que sur internet, on peut constater que l’enfant d’Ajaccio est après Jésus Christ, le personnage historique le plus connu au monde.
Peut-on dire que la reconnaissance publique de l’île envers ce personnage hors-norme, s’est hissée au niveau de ce constat ? Certainement pas, même si à Ajaccio le culte de l’Empereur est vivace et enraciné.
On doit cependant préciser que la municipalité actuelle, sous la direction de Laurent Marcangeli et de son équipe,  a commencé à combler cette lacune et à donner au « phénomène Napoléon » l’ampleur et la qualité qu’il mérite. La démarche est active et les projets foisonnent.
Naturellement, cette carence n’a pas échappé aux connaisseurs de la situation politique de l’ile, ni aux admirateurs de Napoléon et encore moins à Charles Bonaparte (ainé de la dernière branche vivante dans la descendance) qui a créé en 2004 la Fédération Européenne des Cités Napoléoniennes dont le directeur général est Jacques Mattei.
Le gisement est fructueux, l’appétence internationale intacte, tandis que les déclinaisons sociales, économiques et culturelles sont potentiellement immenses, tant en Europe, qu’en France et naturellement en Corse. L’objectif en cours est la déclinaison en Corse de « Destination Napoléon », itinéraire culturel européen certifié par le Conseil de l’Europe.
 
La démarche
 
Elle se décline aujourd’hui de la façon suivante :
 
  • 60 villes sur 13 pays du Portugal à la Russie et les acteurs publics et privés de 13 territoires organisés en 13 comités de pilotages locaux,
  • Un comité scientifique présidé par Jacques Olivier Boudon de la Sorbonne. A noter que Jean Dominique Poli, professeur à l’Université de Corse,  fait partie du bureau de ce comité scientifique.
 
 
 Elle développe une stratégie globale pour les territoires locaux :
  • Labellisation des acteurs, des territoires et des produits,
  • Promotion du Label (y compris dans les grandes foires du tourisme comme l’ITB de Berlin, ou le Fitur de Madrid),
  • Le développement d’outils spécifiques et technologique de structuration et d’accompagnement : le D-Lab (Digital Technology Laboratory) ; Carte interactive, Signalétique urbaine et rurale. 
Elle œuvre à intégrer les exigences locales dans la dimension globale en soutenant les projets locaux par une assistance technique et une expertise internationale pointue.
 
La déclinaison en Corse
 
Les responsables ont activé le volet corse ; dans cette optique, une réunion a été organisée le 26 Janvier 2017 à la municipalité d’Ajaccio pour officialiser et lancer le Comité de pilotage sous la co-présidence de la ville d’Ajaccio et de la Fédération Européenne des Cités Napoléoniennes.
Laurent Marcangeli avec son équipe, après avoir souhaité la bienvenue aux participants, s’est félicité de cette initiative qui rejoint les préoccupations locales et s’est profondément réjoui de l’écho et de la participation de qualité des invités ; en effet, on notait la participation  Madame Maupertuis, conseillère exécutive, en charge de l’ATC, les maires de Corté, -membre du réseau depuis 2014-, de Bocognano ou les représentants  de Bastia, Sartène, Calvi, Bonifacio.  
On notait aussi la présence du Conservateur de la Maison Bonaparte, de la présidente de l’Association du Château de la Punta et d’une représentante du Musée de Bastia… Charles Bonaparte, empêché par la neige sur le continent était représenté par le directeur de la Fédération.
 
Jacques Mattei a eu la tâche d’illustrer en détail l’itinéraire « Destination Napoléon ». Il a précisé que l’essence même de l’itinéraire était culturelle et qu’à ce titre,  les effets induits économiques et les  retombées en matière de tourisme,  devaient s’ancrer dans l’identité profonde du territoire. En effet, à travers ce thème attractif, se constitue un lien intra-européen valorisant les régions et leurs produits, avec leurs mémoires diverses et communes et surtout un fond culturel et historique, riche et diversifié. Ainsi, la nécessaire distance critique n’est pas minimisée ; au contraire, elle est enrichie dans la volonté de créer du lien, du sens et donc de fédérer, au-delà de l’interprétation nécessairement différente suivant les Pays et leur rapport à Napoléon.
Enfin, Napoléon suscite un projet à la hauteur de sa stature ; non pas une hagiographie du grand conquérant militaire – souvent très controversé et même rejeté – mais comme un acteur international dont le rôle a été central sur une période certes très courte, moins de vingt ans, mais qui a vu se construire, à travers les convulsions, les guerres et les résistances, mais aussi par une œuvre civile et administrative indiscutable, les prémices de l’identité européenne.
 
Dr Edmond Simeoni
Président de Corsica Diaspora
Ajaccio le 31 janvier 2017